Extrait du Manuel « L’analyse de données pour le Jeu Vidéo : Méthodes et Bonnes Pratiques » – A la découverte des Keys Performance Indicators.

Posted by on 6 mai 2013 in Analytics, Blog, Conseils gratuits, KPIS, Manuel, Promotion, Reporting | 0 comments

Comme annoncé précédemment, LudoStat, la première agence de Marketing Analytique pour le Jeu Vidéo, a été contactée par Capital Games, le cluster francilien du Jeu Vidéo, pour rédiger un ouvrage dédié aux bonnes pratiques de l’analyse pour le Jeu Vidéo.

L’ouvrage ne sera disponible que dans 2 semaines, à l’occasion de la journée de Conférence « Laboratoire des Mondes Virtuels : Optimiser vos jeux à l’ère du Jeu Connecté ». Cependant, il est déjà disponible en pré-commande. Nous vous proposons de découvrir en avant première des extraits du Manuel.

Le premier extrait, d’une série de 7, concernera les Key Performance Indicators.

Les Key Performance Indicators

L’appellation Key Performance Indicators (KPIs) vaut pour Indicateurs Clés de Performance. Ce sont les informations « unitaires » utilisées pour le reporting.

Vous manipulez déjà des KPIs dans votre vie quotidienne, sans forcément le savoir. C’est le cas dans le bulletin météo, comme vu précédemment, mais aussi quand vous faites un examen chez le médecin (température, pression artérielle, présence ou absence de fièvre etc.). C’est aussi le cas quand vous vérifiez l’état d’avancement d’un téléchargement ou le niveau de batterie de votre téléphone. Les Indicateurs existent dans notre quotidien et nous les manipulons naturellement.

Analysons plus en détail quel est le point commun entre tous ces KPIs.

Premièrement, les KPIs sont contextuels par rapport à un métier. Ils dépendent du lecteur et des décisions qu’il prend. Si nous reprenons l’exemple de la météo: à notre niveau, savoir qu’il fera 10° demain et que le ciel sera dégagé est nécessaire pour décider si il convient de mettre une veste ou non, voire de prendre un parapluie. En contrepartie, savoir que ce temps est dû au fait que l’anticyclone des Açores nous protège activement malgré l’hiver est clairement moins pertinent. Cependant, cette information est utile pour un météorologue.

Un KPI doit être intelligible pour son lecteur, faute de quoi, il sera inutile. Dans le bulletin météo, les pressions par région ne sont jamais présentées. En effet, peu de personnes peuvent se représenter ce qu’une augmentation de 20 hectopascals a comme incidence sur le temps qu’il fait : à quoi bon leur fournir cette information ? Par contre, la pression est une information utile, capitale et centrale pour notre ami météorologue.

Les KPIs sont des signaux, qui influencent notre perception de la réalité et nous mettent dans un état psychologique donné. Ainsi la force des vents ou encore l’intensité des pluies ne sont quasiment jamais présentées lors du bulletin météo. Sauf en cas de tempête ou d’ouragan. En effet, en temps normal, savoir qu’il pleuvra à verse, ou que les pluies seront éparses est largement suffisant pour savoir comment vous habiller. En revanche, en temps d’intempéries fortes, savoir qu’il pleuvra énormément ou que les vents souffleront très fort vous aidera à vous figurer le danger imminent. Ceci vous incitera à remettre à plus tard certains déplacements inutiles, voire à vous préparer à l’inondation à venir. Cette information aura un impact émotionnel sur votre schéma de pensée.

En synthèse, nous pouvons donc dire que les KPIs sont des outils de prise de décision et de management, qui se doivent d’être :

  • Contextuels par rapport à un lecteur et à une décision
  • Intelligibles par ce lecteur
  • Utiles pour aider ce lecteur à prendre cette décision
  • Ou simplement influents pour orienter ce lecteur dans une direction

Classiquement, les Key Performance Indicators doivent également être :

  • Peu nombreux, car trop d’information tue l’information.
  • Adaptés au rythme de décision et donc, dans notre cas, consultés régulièrement, car nos industries avancent vite et sont changeantes.

Enfin, s’ils prennent généralement la forme de métriques, c’est principalement par synthèse et clarté, les chiffres étant simples à communiquer et compris de tous. En ce sens, une suite de smiley ou de jolis dessins feraient également l’affaire. D’ailleurs lorsque certains chiffres sont peu intelligibles (le vent soufflera à 120 km/h), les remplacer par une information plus accessible peut être pertinent (le vent soufflera 4 fois plus fort qu’à l’accoutumée).

En somme, les KPIs sont donc des outils d’aide à la décision et de management, centrés sur leur lecteur et les décisions qu’il prend. Ils doivent être contextuels, intelligibles, utiles ou simplement influents, peu nombreux et consultés régulièrement.

 

Restez connectés au blog de LudoStat, vous découvrirez prochainement plus d’informations sur le reporting, mais également sur les méthodes d’analyse et de data-mining.

En achetant le manuel « L’analyse de données pour le Jeu Vidéo : Méthodes et Bonnes Pratiques », vous découvrirez plus en détails comment choisir efficacement vos KPIs, comment les calculer à moindre coût et comment les manipuler avec précaution.

LudoStat reste également disponible pour tout complément d’information sur ces questions.

No Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. nike hyperdunk - nike hyperdunk... Extrait du Manuel « L’analyse de données pour le Jeu Vidéo : Méthodes et Bonnes Pratiques » – A ...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>